EDITO du n°114

 

Et que vive la botanique !

Dans ces temps actuels où l’incertitude règne en maitresse face à une pandémie mondiale, chacun commence à réaliser sa propre responsabilité dans le bouleversement des écosystèmes et les équilibres du vivant. En parallèle à la préoccupation essentielle de la préservation de la santé pour tous, notre responsabilité porte aussi sur une économie plus respectueuse de notre biodiversité et de nos territoires. Pour parvenir à cette économie vertueuse, il nous faut approfondir cette connaissance de l’histoire entre les hommes et les plantes. Hommes et Plantes s’y emploie dans la mesure de ses possibilités, de l’engagement de ses auteurs et de la passion de son équipe. Chaque numéro nous embarque vers une expérience exaltante, où l’on ne manque pas d’être fasciné sinon intrigué par tant de diversité et d’angles d’attaque. La botanique, dans ses dimensions historiques, sociales et politiques reste à tous instants pleine d’aventures et de mystères sans cesse renouvelés. Première science bien souvent gommée au cours des siècles, elle ressurgit en petits geysers et commence à titiller les acteurs économiques. ​Dans tous les cas, il s’agit bien souvent de pouvoir et de conquête. Ne soyons pas naïfs, l’accès à la ressource plante suscite aussi bien des guerres. Restons donc vigilants grâce à une meilleure connaissance du monde du vivant et de notre place dans cette complexité où l’adaptation continuelle est grandement sollicitée. Aujourd’hui, s’intéresser à la botanique est à la portée de tous. Aussi, l’apport des botanistes amateurs à l’avancement des connaissances reste indispensable. Les articles de ce numéro en sont la démonstration. Et les amoureux des plantes, dans leur diversité, sont tout aussi intéressants que les plantes elles-mêmes. Le réseau du CCVS (Conservatoire des collections végétales Spécialisées) s’étoffe, se structure, s’adapte, se solidarise pour faire face à cette pandémie qu’il va falloir apprivoiser, sinon dompter.La vie continue. Grâce à une meilleure connaissance de nos plantes-compagnes, cueillons encore des instants de joie partagées et de solidarités. Adaptons nous en permanence, louvoyons ensemble sur ce vaste radeau d’incertitudes pour retrouver un meilleur équilibre et une plus grande sérénité. Que vive la botanique dans toutes ses dimensions humanistes.Françoise Lenoble-Prédine, Présidente du CCVS

 

Nouvelles collections CCVS

Comme tous les ans, lors de la fête des plantes de Chantilly d’automne, les labels des nouvelles collections privées ou publiques de l’année 2020 sont attribués. Grand crû cette année, étant donné le grand nombre de collections, une partie seulement est présentée dans cet article. L’autre partie sera dans le numéro 115.

 

Captivants Sarracenias

Voilà bien une passion qui vous prend dès le plus jeune âge. Bien des collectionneurs ont éprouvé cela. Véritable folie actuelle, les Sarracenias deviennent ambassadeurs de l’étrangeté dans le monde du vivant. Depuis l’âge de 10 ans, Alexandre Ribault est allé plus loin en faisant de sa passion  son métier de cultiver ces plantes carnivores. À découvrir assurément.

 

À la recherche du patrimoine des jardins du pays d’Auge 

Une histoire exemplaire. Ce n’est pas moins de 30 ans de collecte de conservation et de diffusion qui ont permis de redécouvrir et de sauvegarder de nombreuses variétés de légumes, fruits et fleurs du pays d’Auge et d’autres terroirs de Normandie… Et comment ne pas croire à cette relation étroite entre les hommes et les plantes. Derrière chaque histoire de plante se cache un humain.

 

Balade botanique en Mongolie

Et non ! la Mongolie n’est pas que constituée de vastes étendues semi-désertiques où s’accrochent nos rêves de voyages exotiques. Son paysage est beaucoup plus varié et propice à l’herborisation. Pour preuve, cette balade entrecoupée de pauses dédiées à la botanique de terrain.

 

Fraises d’hier et d’aujourd’hui

Elles font fondre les papilles en nos palais. Faux fruit mais vrai délice. Elles conquirent jardins et terrasses en tout genre, mais elles cachent une multitude de secrets et d’histoires bonnes à raconter aux petits enfants. Derrière leur apparence familière, elles cachent une immense diversité révélée dans cette collection. Patrimoine, mémoire et développement, mots clefs pour de telles collections.

 

Orléanais, terroirs de roses

Tous les terroirs français ont leurs sagas de roses. Le siècle d’or de l’horticulture française les ont bien mis en exergue. Le terroir orléanais a toujours fait les yeux doux à ces belles. La rose y est chez elle depuis très longtemps. Elle y a laissé son empreinte. Et cette passion n’est toujours pas éteinte. Cette longue histoire entre roses anciennes et rose dites modernes continue de se raconter. La preuve en cet article.

Hommes et Plantes N°114

11,00 €Prix